jeudi 21 décembre 2017

Pistes pour la gravure par électrolyse



Bonjour à tous,

Cet article concerne mon expérience. J’emploie l’électrolyse depuis environ deux ans et demi mais je n’ai fait de progrès significatifs que récemment. La gravure par électrolyse est plus compliquée (mais bien plus propre) que la gravure traditionnelle avec l’acide nitrique ou le perchlorure. La façon de procéder doit donc différente. Les vernis sont moins résistants à l’attaque électrique.Il faut une plaque bien dégraissée comme d’habitude et un vernis relativement épais. Après plusieurs essais, je suis revenu au vernis Lamour satiné que la plupart d’entre nous utilise.
Traditionnellement les temps de morsure dépendent de la profondeur des tailles que l’on souhaite obtenir.
En Gravure par électrolyse, les temps de morsures sont essentiellement dépendants du caractère isolé ou croisé serré des tailles,
On est confronté à deux situations très perturbantes:

L'effet de bord:
Les tailles, en périphérie sont plus mordues que les tailles centrales. Les écailles des pattes et leur ombres sont plus mordues que l'intérieur de la gueule du crocodile: cet effet est très dépendant de la distance plaque/cathode.
Effet de bord
                   

 L'effet Tour Eiffel:
Les tailles isolées sont beaucoup plus profondes que le tailles croisées serrées, comme sur ces cheminées:
Effet Tour Eiffel

Protocole que j’ai adopté :
Utiliser un voltage faible: environ 0,5 à 1 V et donc un ampérage de 0,4 à 0,5A. À voltage constant, l’ampérage dépend de la surface des zones gravées (assez peu), de la distance plaque/cathode (beaucoup), de la concentration du bain en sulfate de cuivre (beaucoup). Dans mon système, la distance plaque/cathode est maintenant de 10 cm et la concentration de sulfate de cuivre 65 g par litre.

 Bac et le générateur


Graver les silhouettes ainsi que les tailles serrées des zones sombres et mordre 50 à 60 minutes
Masquer les tailles isolées après 30 mn de morsure pour éviter l’effet Tour Eiffel.
 Graver les tailles des zones plus claires et mordre entre 20 à 25 minutes de plus.
Graver les tailles des zones très claires et mordre 5 à 10 minutes.


 Un exemple : gravure d’un samouraï inspirée d’une estampe japonaise des années 1850.


En 1, juste au-dessus de la main une taille isolée très profonde et en arrière de la tête, des tailles très serrées beaucoup moins profondes.
En 2, sur l’épaule gauche du samouraï, une taille initialement isolée mais finalement accolée à des tailles très serrées. L’effet de bord ne se manifeste pas ici.
En 3, au niveau de la barbe , des tailles peu serrées mordues 45 minutes.Profondeur 35 µm Largeur 95 à 105 µm.

Aspect au microscope x 100

Sur l’épaule droite en 3 des tailles très serrées mordues 120 mn.largeur 60 µm seulement.

Aspect au microscope x 100

 Avec la morsure par électrolyse, la méthode est donc bien différente. C'est donc un autre mode de pensée qu'il faut adopter.
Je persiste dans cette voie car il me semble que j’aperçois des solutions simplificatrices que je n’aurais pas imaginées il y a trois mois, malgré une assez longue pratique. La période des fêtes où je grave à tour de bras me permet d’avancer doucement dans le tunnel !


Bonne fêtes à tous



                                           22/12/2017

lundi 30 mars 2015

Gravure par électrolyse, propre, facile, précis, écologique, génial


La gravure par électrolyse  consiste à appliquer à une plaque de cuivre vernie, gravée et prête à être mordue un courant électrique continu pour créer des entailles comme le ferait un acide ou du perchlorure de fer.On trempe la plaque dans une solution de sulfate de cuivre, produit encore considéré comme "Bio". On l'utilise pour éviter le Mildiou dans nos vignes.


Avantages:

Les solutions ne se dégradent pas à l'usage et peuvent même être utilisées pendant des années et ne posent éventuellement pas de problème  d'évacuation : "C'est du bio".
Aucun dégagement de gaz ou vapeurs toxiques n'est généré.
Le dos des plaques n'a pas besoin de protection.
On peut arrêter à tout moment la morsure en coupant l’alimentation électrique. Il n'est pas nécessaire de sortir la plaque si on doit s'absenter.
Les dangers d'électrocution sont quasi nuls, la tension et le courant étant très faibles (0,5 à 1 volts et 0,5 à 2 ampères).
Le prix de revient est très faible et c'est surtout propre et sans danger.

Inconvénients: 

Pratiquement aucun.
Le vernis a tendance à se décoller. Il est donc très important de dégraisser le plaque avant de la vernir. La sauce de soja (de bonne marque) est efficace.

Matériel:
Une source de courant continue dont l'ampérage est réglable.
Un bac en matière plastique  env. 3 €
Une plaque ce cuivre pour la cathode ou mieux une grille de barbecue (9 à 15 € selon sa taille) adaptée à la dimension du bac et surtout de la plaque à mordre Une  distance de 1 à 3 cm entre la grille et la plaque convient ce qui évite de trop grandes quantités de sulfate de cuivre.
2 pinces crocodile
Du sulfate de cuivre vendu au kilo chez les droguistes (env.25 €)
Pour la gravure sur Zinc, on utilise du sulfate de Zinc et pour l'acier, du sulfate de fer
Y

Solution sulfate de cuivre:
Une solution à 16 gr par litre fait parfaitement l'affaire. Ce n'est pas corrosif, ça ne tache pas sauf le dessous des ongles qui bleuit un peu.


Source de courant continue: mon appareillage: 
au début: 

On peut également utiliser un chargeur de batteries 6 V qui fournit 2.8 V eff. et permet de bonnes morsures, par contre les petits chargeurs fournissant 1 à 12 V ne sont pas assez puissants et la tension aux bornes de la cuve chute considérablement (0.18 V pur une alimentation 12 V dans mon expérience).

puis:
Finalement j'ai investi dans une alimentation stabilisée 15 V 3 A (C'est beaucoup plus confortable. env 70 €) dont on peut contrôler le voltage de sortie (1volt c'est parfait) et l'ampérage suit, mais j'ai essayé 10 volts et ça va aussi. Pour que ça marche il faut une plaque bien dégraissée.La sauce de soja est efficace.

J'ai aussitôt abandonné le perchlorure de Fer effroyablement salissant ou l'acide nitrique terriblement dangereux.

 L'appareil dans ma cuisine: Les enfants ne craignent ni l'intoxication, ni les taches, ni les brulures !




Quelques exemples:
Chaine des Puy, Eau forte mordue 40 mn
Plaque mordue 40 minutes





Image imprimée



Petite maison:

Cuivre: Eau forte et aquatinte mordue durant 5 à 20 minutes selon l'intensité



Image imprimée




Quelques imperfections du procédé se feront jour avec l'expérience
Bibliographie:
On trouvera de plus amples informations  sur l'excellent site de Cédric Green 

Galvanoplastie : Wikipedia

 http://aquatinte.forumactif.com/t240-gravure-par-electrolyse

   Mise à jour le 17/02/2017

dimanche 10 octobre 2010

Le dessin à la plume et la Gravure

Pour faire une gravure en taille douce, on commence par vernir une plaque de cuivre sur laquelle on va dessiner avec un stylet métallique. Il faut bien sûr faire une image en miroir. Là où le vernis a été enlevé par le stylet, l'eau forte (l'acide) creuse un trait que l'on remplira d'encre. On imprime et le tour est joué. C'est tout simple.

L'une des difficultés est de dessiner directement sur le cuivre et en miroir, car on a peu droit à l'erreur. Le dessin à la plume, à l'encre de chine est très utile car toutes proportions gardées, on a également pas tellement droit à l'erreur. J'ai toujours été passionné par le dessin à la plume et cela m'a beaucoup aidé pour graver les plaques de cuivre. Le dessin est une activité très amusante car on ne dispose que d'encre noire et de papier blanc pour faire les ombres et les lumières.
J'ai toujours été épaté par ces dessinateurs comme Rembrandt ou Dürer qui arrivent à faire des barbes ou des fourrures incroyablement blanches avec de l'encre noire!




 Voici des dessins à l'encre de chine ou avec une table graphique (faire-part de déménagement  de mon cabinet) qui sont une bonne préparation à la gravure.




En 1990






En 1999
On reconnait à 10 ans d'intervalle, les deux petits personnages qui n'ont pas vieilli même si leur pédiatre a 10 ans de plus.



En 2010:

On reconnait toujours les deux enfants et surtout ce merveilleux petit garage Antar qui lui a bien vieilli, qui est à mon avis un fleuron de l'architecture industrielle qui, rénové serait magnifique. Hélas il sera sans doute un jour remplacé par une banque.

 Plaque de cuivre qui permettra la gravure (en cours)  de ce thème: Eau forte, aquatinte à la colophane, pointe sèche.
L'image est à la fois inversée et en négatif.




Pour finir, un gribouillis de cet été:




et la plaque de cuivre correspondant avec le dessin inversé:  Eau forte, aquatinte à la colophane, pointe sèche.



Il est très difficile de photographier ces plaques de cuivre. Sans doute faudrait-il utiliser une lumière polarisée?

A vos plumes puis à vos stylets.

En Auvergne, pour ceux qui sont intéressés, L'école de gravure de Chamalières fournit un enseignement de grande qualité ainsi que le matériel.

jeudi 29 octobre 2009

Gravure pas à pas, eau-forte et aquatinte à la colophane : étude de la gravure de Chloé: "Essaye de m'ausculter maintenant"

























Gravure de Chloé 6 mois: "Essaye de m'ausculter maintenant" (voir en grand)

La gravure en "taille douce" fait partie des "gravures en creux". Le but est de creuser des endroits pour mettre l'encre, essuyer les parties en relief, et imprimer avec une très forte pression pour que le papier "aille chercher l'encre". Pour faire des creux, on peut utiliser une pointe, un burin.

J’emploie du cuivre utilisé par les couvreurs acheté en gros chez les fournisseurs pour le bâtiment. Découper une plaque à la dimension voulue, polir avec une toile émeri très fine (1200) plus Mirror et le plus dur est fait.

Protéger la plaque de métal  avec un vernis spécial (Ultraflex de chez Charbonnel), protéger aussi l'envers de la plaque et dessiner avec une pointe fine qui ôte le vernis par endroit puis mordre avec un acide (eau-forte). On utilise comme "mordant" soit le FeCL3 ou perchlorure de fer que l'on trouve tout prêt dans les magasins d'électronique,  soit l'acide nitrique beaucoup plus toxique et polluant, je ne l’utilise plus.


L'examen des plaques au microscope semble farfelu mais il m'a beaucoup aidé.











Photographie au microscope: simple trait de stylet creusé durant une heure
"L'oeil de boeuf", le rhinocéros, Lucie
sont faits avec cette technique
"L'oeil de boeuf",  (détail)
Le rhinoceros,(détail)
Lucie,(détail)



Pour obtenir des gris ou des noirs, il faut croiser les traits ou utiliser la technique de l' aquatinte (très employée par Goya)  L'aquatinte à la colophane est une technique particulière














Saupoudrer la plaque avec une résine de pin, la colophane, finement pilée, et mise dans un petit sac sur lequel on va taper doucement avec un bâton. Il est conseillé de mettre le petit sac de colophane à 2 cm de la plaque ce qui permet aux plus gros morceaux non désirés de tomber en dehors de la plaque.

















Aspect de la plaque recouverte d'une colophane grossière et irrégulière

Chauffer à 140 /160 °, pendant 10 mn. Elle fond et adhère à la plaque.

















Photographie au microscope de colophane fondue
Cette colophane, très adhérente va protéger le cuivre de l'attaque acide. En pratique, on trempe la plaque dans le mordant un temps précis, d'autant plus long qu'on cherche un noir intense. Cependant, si la colophane est très fine la morsure peut attaquer pas les côtés, sous le grain qui va se détacher, et le résultat est alors moins bon voire mauvais.















Photographie au microscope: 
Aspect d'une plaque trempée 2 minutes et nettoyée de sa colophane. Les zones plus claires correspondent aux parties protégées. La morsure est superficielle, à l'impression on aura un gris clair zone N° 2 de la gravure de Chloé.














Photographie au microscope:
Le stéthoscope (N° 3 de la gravure de Chloé) est un mélange de gravure au stylet et de colophane assez soutenue (morsure 30 mn environ). Les zones plus claires étaient protégées par la colophane et sont en relief. Dans les creux , on distingue de l'encre en noir. Il n'y en a pas beaucoup car cette plaque vient d'être imprimée.
















Photographie au microscope:
Il y a des traits assez croisés et une colophane de 40 mn. Le flanc de la colline ( zone N° 4 de la gravure de Chloé) est plus foncé.


Les « Blancs » sont obtenus en protégeant en permanence  la plaque avec du vernis.














Une fois la plaque gravée, encrer avec une encre spéciale très épaisse en tube ou en pot, une « poupée » pour l’étaler.
Pour cela il faut une table chauffante: une plaque de ferraille épaisse chauffée par un fer à repasser avec une régulation électronique et un coupe-circuit qui arrête l'alimentation après 10 min, car on travaille avec du papier, de l'essence, de l'alcool. Il ne faudrait pas quitter le local en laissant le fer allumé!
Essuyer ensuite la plaque. Le bottin est réputé pour cela : rien ne se perd !

















Imprimer, avec une presse à rouleaux exerçant une très forte pression avec un papier particulier (BFK Rives ou autre) préalablement mouillé par trempage.














Table à sécher (tapis du salon !) Madame est cool !

Si on a de la place et un entourage sympa, on peut faire cela chez soi. Mais le matériel est assez cher et il est plus facile de trouver un atelier de gravure.


Avec un peu de chance, du travail, des mains noires, on peut obtenir une gravure amusante.

 Photos:  Microscope  Leitz Wetslar: Objectif 4, Eclairage LED, Image webCam ToCam Philips (Bricolage maison du Dr Gamin)
             



Références:
Louis Lo Monaco: "La gravure en taille douce" Ed Flammarion. Un livre magnifique  avec une riche iconographie pour ceux qui veulent s'y mettre.
Rembrandt: "Eaux-fortes", Ed. Musées de la ville de Paris. Pour ceux qui ont décidé de ne pas s'y mettre mais ...
Manly Banister : "Practical Guide to Etching and other Intaglio Printmaking Techniques" Dover Publication Inc N.Y. 11501

mercredi 28 octobre 2009

Colophane sur Zinc: microscopie

  
 Le zinc, également utilisé par les couvreurs convient parfaitement pour la gravure. Il est moins cher que le cuivre, c'est son grand avantage. Cependant la morsure par le perchlorure de fer est beaucoup plus rapide.Il est plus aléatoire d'obtenir des gris clairs avec la colophane. Il se conserve moins bien, car plus sensible à l'oxydation.


Photographie au microscope: Colophane sur Zinc mordue 5 mn




Photographie au microscope: Colophane mordue 30 Mn

Les temps mentionnés sont indicatifs. Il faut faire des essais car la morsure est dépendante de la concentration en acide ou en FeCl3 , de la température, de l'agitation,  mais aussi du type de cuivre employé. Rien n'est scientifique dans tout cela, c'est comme la médecine, c'est un Art!


 Photos:  Microscope  Leitz Wetslar: Objectif 4, Eclairage LED, Image webCam ToCam Philips (Bricolage maison du Dr Gamin)
         

dimanche 18 octobre 2009

Gravure à l'eau-forte (2) , manière noire, aquatinte : images

Eau-forte 














 Œil de bœuf en cours de restauration dans un manoir de la Mayenne

Eau-forte, plaque découpée à la cisaille


Rhinocéros (à la manière de Dürer)


Eau-forte





















 Lucie  1 an


 Eau-forte et aquatinte à la colophane























chloé 6 mois: "Essaye de m'ausculter maintenant"


Eau-forte avec peu de colophane























Dragon: Région de Fukushima (Japon)


Manière noire















Le mont Ventoux

Gravures réalisées par le Dr Gamin en 2008 / 2009

samedi 17 octobre 2009

Gravure à l'eau-forte (1) , manière noire, aquatinte : quelques images

Eau-forte:






















"Petit lit d'enfant"


Eau-forte et pointe sèche:

















Porc épic

Manière noire:
















Le Taj Mahal

Manière noire: 


















Le Puy de Dôme 


Eau-forte et aquatinte à la colophane:


Ours


Gravures du Dr gamin réalisées entre 1995 et 2009.